ATTITUDES QUI CREENT DES CONFLITS

Certaines attitudes provoquent l’agressivité. Ils vont non seulement déclencher des conflits avec les autres, mais aussi les entretenir et les envenimer.

On a tous des désaccords dans notre vie quotidienne. Chacun défend sa cause, sa personne, son esprit. Chacun cherche à faire respecter ses besoins, ses valeurs, ses droits et même à faire adhérer les autres à ses causes et envies.

Une dispute ne doit pas être forcément synonyme d’agressivité ou de violence verbale ou physique. On peut débattre en étant à l’écoute de l’autre, dans un respect réciproque. Mais ce n’est pas le modèle que nous avons hérité de nos parents ou entourage.

Aussi, dès que nous voulons voir satisfaire un besoin, la tendance que nous avons est de sortir tout notre arsenal de comportements qui nous permettent de jouer le jeu psychologique : nous allumons le feu, l’attisons pour qu’il reste allumé le plus longtemps possible, selon la reconnaissance ou le besoin que nous voulons voir pourvu.

Voici la panoplie des comportements qui nous entraînent dans des conflits :

1. GLOBALISER

Elle consiste à généraliser en permanence et à dramatiser tout, par les moyens suivants :

Exagérer

On utilise des grands mots pour tout dramatiser : « épouvantable, traumatiser, atroce, irréversible,etc… » ; ou des petits mots comme : « tous, toujours, jamais, personne, nulle part, etc.. ». Par exemple dans un couple, c’est toujours madame qui descend la poubelle : «Tu ne descend jamais la poubelle ; c’est toujours pareil avec toi ; je dois tout le temps me débrouiller toute seule… » . Pourquoi ne pas dire tout simplement : « Je me sens au bout du rouleau. Veux-tu s’il te plaît descendre la poubelle ce soir, et …. »

Faire La Langue de Bois

c’est utiliser des mots vagues et des verbes creux pour dire les choses. Cela crée des discours vides de sens. e.g« Nous prendrons toutes les mesures utiles pour étudier cette question dans les meilleurs délais» ; « je vais m’investir à fond pour améliorer notre vie de couple ». Ce type de phrases sont vides de sens et ne promettent aucune action concrète.

Faire Des Amalgames 

C’est de mélanger les problèmes à régler. Restez centrer sur le problème en question et ne pas parler de choses qui n’ont rien à voir avec cela. Eg une personne demande à l’autre de faire des économies dans les achats du mois. Et l’autre répond « c’est bien a toi de me donner des leçons, toi qui laisse traîner tes chaussettes partout ».Quel rapport il y a t-il entre ces deux sujets ? Aucun. C’est juste pour culpabiliser l’autre et changer de sujet.

2. DEVALORISER

La deuxième attitude, c’est de dévaloriser l’autre. Au lieu de chercher à comprendre son point de vue , on préfère l’humilier de toutes les façons possibles :

Les Comparaison Critiques

: La comparaison est un puissant générateur d’agressivité. « Ce n’est pas comme… lui au moins, il… ». On dépersonnalise ainsi l’autre, il n’existe plus comme individualité, unicité, mais comme un élément de comparaison. Alors l’agressivité de l’autre se met en marche pour revendiquer son unicité. Les parents créent souvent des conflits et jalousies entre leurs enfants en comparant les uns aux autres. « ton frère lui, a déjà fait ci….ou çà…etc».

Les Etiquettes

Mettre des étiquettes sur les gens font d’eux des objets, donc les agresse quand ils en perçoivent l’ironie blessante. « Toi, madame je sais tout ; Ah, le bon à rien ; le macho, etc…  »
De même, certains surnoms infantilisent, même s’ils semblent mignons et affectifs sur le moment. Appeler un adulte « Papou, minou, mimi, papouche, etc… », fait qu’il ne se reconnaît pas dans son statut d’adulte et ne peut être pris au sérieux quand ils s’exprime.
D’autre aussi utilisent des surnoms pour dégrader ou humilier l’autre de manière très subtile. Par exemple, une femme qui appelle son mari mon loulou, diminutif de « loser » car elle trouve que son mari rate tout ce qu’il fait.

Le Déni

C’est le discours du joueur qui disqualifie vos propos. « C’est même pas vrai ! » ; « Tu n’as pas de raison de penser ce que tu penses, de ressentir ce que tu ressens, et encore moins de m’embêter avec ca ; etc…». S’il est vraiment bon joueur, ce type de personne finira par vous faire douter de ce que vous ressentez.

La Moquerie

C’est tourner en ridicule l’autre, ses besoins et ses discours. C’est aussi piétiner de ce qui est de l’ordre sacré pour l’autre, puis se moquer ensuite du chagrin ou de la colère provoqués. Revendiquez calmement le droit de dire à l’autre que vous vous sentez blessé par son l’attitude.

L’Accusation

Qui s’excuse s’accuse. Dès qu’on accuse l’autre et qu’on le somme de se justifier, on l’embarque dans une spirale de défense et cela crée souvent des conflits. Par ailleurs, il faut arrêtez de vous justifier, si on ne vous a rien demandé, car c’est exaspérant.

Asséner des Vérités Immuables

Nous avons tous nos croyances personnelles, mais certains les assène aux autres comme étant des vérités immuables et universelles. « il faut travailler dur pour réussir » , « les politiciens sont tous des menteurs !» ; etc.
Ce genre de phrases toutes faites servent à clouer le bec à l’autre et ne permettent pas le débat. Ne vous laissez plus enfermer. Dites : « oui, certains le croient. Est-ce aussi ton avis ? ».

L’Intimidation

elle peut prendre plusieurs formes ; certains utilisent les sentiments biaisés appelés « rackets » (colère, tristesse, peur, bouderie, etc…) pour faire un chantage affectif. D’autres font des menaces directes ou indirectes. Chaque fois que vous vous laissez apeurer, et reculez devant une tentative d’intimidation, vous renforcer le pouvoir de votre maître chanteur sur vous. Et cela va empirer votre situation. Alors affirmez vous et gardez votre pouvoir.

La Lecture de Pensée

On a tendance à croire ou penser que les autres vont deviner ce que nous désirons. Ou nous croyons savoir ce que les autres pensent ou ce dont ils ont besoin. Cette prétention est une vraie perte de temps et un gâchis dans vos relations avec les autres. Dites clairement ce que vous souhaitez, ressentez ou attendez des autres. Cela rendra les choses plus faciles dans vos relations.

Le Transfert de Responsabilité

On accuse les autres de nos problèmes et on les rend coupables de nos tords. Ce transfert de responsabilité les met dans une position de culpabilité. Est coupable celui qui accepte d’être responsable des erreurs des autres. Évitez cela ! En tant qu’adultes nous sommes chacun responsable de nos propres actes. Il faut prendre donc ses responsabilités, et assumer ses actes, au lieu d’en transférer les conséquences sur les autres

 

Inspiré de « Victime, Bourreau et Sauveur »,  Kristel Petitcollin.

About The Author

rymadayle

Je suis Myriame Hepthtsiba. J'ai une formation en sociolinguistique et en Anglais. J'ai une expérience de 25 ans dans l'enseignement de l'Anglais de spécialité, en particulier dans la formation des secrétaires bilingues. Le contact avec les autres, au cours de ma carrière professionnelle, m'a amené à m'intéresser à tout ce qui a trait aux sciences humaines pour comprendre les autres, afin de les aider au mieux de leurs capacités. Ma passion pour le développement personnel, ainsi que ma quête de spiritualité et le service dans des églises m'ont aussi permis de rassembler bien des outils. J’ai acquis de ce fait de l'expérience en matière de développement des compétences humaines et d'accompagnement de la personne, dans les moments clés de la vie. C'est cette expérience et ces trésors accumulés en moi que je viens ici partager avec vous.