PEURS: PERDRE L’AMOUR-VIEILLIR-MORT

Les peurs de perdre l’amour, de vieillir et de la mort sont les trois autres peurs basiques de l’homme.

Dans l’Antiquité, les hommes se permettaient toutes sortes de libertés. Ils prenaient à leurs prochains l’amour de l’être aimé. Les hommes ont peur de vieillir et de mourir.

LA PEUR DE PERDRE L’AMOUR

La peur de perdre l’amour de l’être aimé date de l’âge de la pierre, où les hommes volaient ou arrachaient de force les femmes d’autres hommes. Aujourd’hui la méthode de séduction se fait par la persuasion et des promesses de belles choses aux femmes. Mais cette peur de perdre l’amour de l’être aimé  s’est accrue,  à cause de la tendance de l’homme à la polygamie.

La jalousie et d’autres formes de névroses sont venues de la peur que l’homme a hérité du fait de perdre l’amour de quelqu’un qu’il aime. Cette peur est la plus douloureuse des six peurs; et elle fait plus de ravages dans le corps et l’esprit de l’homme que n’importe laquelle des six peurs basiques.

Les femmes sont plus enclines à cette peur que les hommes car par expérience, elles savent que les hommes sont par nature des polygames, et qu’on ne doit pas leur faire confiance.

SYMPTOMES

1. La Jalousie : c’est la tendance à soupçonner ses amis et ceux qu’on aime sans raison apparente. A  accuser sa femme ou son mari d’infidélité, sans preuves. A suspecter tout le monde de manière générale et de n’avoir foi en personne, en matière d’amour.

2. Trouver des fautes aux autres  : l’habitude de trouver des fautes aux amis, aux relations, aux associés en affaires et à ceux qu’on aime, à la moindre provocation, ou sans une aucune raison.

3. Faire des jeux d’argent (pour faire plaisir à ceux qu’on aime)

  • Tendance à faire des paris aux jeux, à voler, tricher, ou saisir toutes les opportunités pour pourvoir de l’argent à ceux qu’on aime, croyant qu’on peut acheter ainsi leur amour.
  • Tendance à dépenser au-delà de ses moyens, à se créer des dettes, à faire des cadeaux somptueux à ceux qu’on aime, dans l’optique de bien paraître.
  • L’insomnie,  la nervosité,  le manque de persévérance,  la faible volonté;  le manque de maîtrise de soi, d’autonomie, et une mauvaise humeur sont d’autres facteurs collatéraux liés à ce symptôme.

Il faut maîtriser la peur de perdre l’amour d’un être aimé, en décidant de se passer du fait d’être aimé, si cela est vraiment nécessaire.

LA PEUR DE VIEILLIR

L’être humain naît, grandit, vit et meurt lorsque vient pour lui le moment. Il vit dans une dimension et un environnement où toutes les conditions sont créées pour que ses cellules se dégénèrent. Cette dégénérescence fait vieillir vite son corps physique qui subit toutes sortes de fléaux : atmosphériques, nutritionnels, chimiques, etc.
Le déclin physique, la solitude, l’abandon par les êtres aimés, l’inactivité suite à la retraite sont aussi d’autres facteurs qui font que les gens ont peur de vieillir.

SYMPTOMES

Les symptômes communs à cette peur sont :

1. la tendance à ralentir ses activités, et le complexe d’infériorité qui s’installe à l’âge de la maturité mentale. Les gens se disent déjà vieux à partir de 40 ans. La vérité est que le meilleur âge est entre 40 et 60 ans.

2. L’habitude de parler de soi au passé, en disant qu’on « devient vieux » tout simplement parce qu’on a dépassé l’âge de 40 ans ou atteint 50 ans. On devrait plutôt exprimer notre gratitude pour avoir atteint l’âge de la sagesse et de la raison.

3. L’habitude de tuer ses initiatives, son imagination, et son autonomie en croyant faussement que l’on est trop vieux pour exercer ces qualités.

4. S’habiller comme les jeunes pour faire ou paraître jeunes. Ce qui rend ceux qui le font ridicules aux yeux de ceux qui les connaissent.

Il faut éradiquer en soi  la peur de vieillir,  en décidant de voir la vieillesse non comme un handicap, mais plutôt comme une bénédiction qui apporte avec elle la sagesse, la maîtrise de soi, la compréhension et l’expérience que la jeunesse n’a pas.

LA PEUR DE LA MORT

Pour certains, c’est la plus cruelle des peurs basiques. Les terribles sensations de peur que les gens ont de la mort viennent du fanatisme religieux. La peur du jugement dernier à ôté en son temps la joie de vivre aux gens et a détruit leur intérêt pour la vie.

Aujourd’hui, la peur de la mort n’est plus aussi forte qu’autrefois, grâce à l’éducation et le compréhension de certaines lois et phénomènes naturels. Grâce à la géologie, la biologie, l’astronomie et bien d’autres sciences apparentées, la peur de la mort qui minait l’esprit de l’homme a diminué.

La science a découvert que la création toute entière est faite d’énergie et de matière. La vie elle-même est pure énergie. La matière et l’énergie peuvent être transformés et non détruites. La vie, ainsi que toutes les autres formes d’énergies, peuvent passer à travers différents processus de transition ou changement. La mort est donc une étape de transition.

La mort est simplement un changement d’état ou une transition;  c’est comme   un long, éternel et paisible sommeil. Si nous ne craignons pas le  sommeil,  alors nous ne devrions pas craindre la mort non plus. Aussi, nous devons éradiquer totalement en nous la peur de la mort.

SYMPTÔMES

  • La tendance à penser mourir au lieu de tirer meilleur parti de la vie.
  • Avoir  un  esprit suicidaire.

Ceci est dû en général à un manque de but ou d’un objectif véritable dans la vie. Cette peur est beaucoup plus ancrée dans les personnes âgés, mais aussi chez des jeunes.

Souvent la peur de la mort est associée à la peur de la pauvreté, et de la maladie qui amoindrit les capacités et la résistance physiques.

En somme, les causes de la peur de la mort sont, la mauvaise santé, la pauvreté, le manque d’occupation appropriés, la déception amoureuse, les insanités et le fanatisme religieux.

AVOIR LA GRATITUDE DE VIVRE

Le plus grand des remèdes contre cette peur est d’avoir un ardent désir pour accomplir quelque chose dans la vie, un désir soutenu par la volonté de rendre un service utile aux autres. Une personne occupée n’a pas le temps de penser à la mort, car elle trouve la vie si palpitante, et elle a envie de donner le meilleur d’elle-même.

Je plains souvent ces personnes qui pensent être finies, quand elles atteignent l’âge de la retraite. C’est maintenant que devrait commencer la vraie vie pour elles, pour faire toutes les choses merveilleuses qu’elles ont toujours souhaité faire et qu’elles n’ont pas eu le temps de faire, parce qu’elles devaient gagner leur vie en travaillant.

C’est le moment de s’occuper sainement, joyeusement et de vivre « son hiver » terrestre agréablement. C’est le moment de partager toutes les expériences de votre vie qui vous ont fait avancer, ou fait échouer, pour aider la  jeune génération. Ainsi,  la jeunesse aura une empreinte sur laquelle marcher, pour éviter de glisser sur les peaux de bananes du chemin de la vie.

C’est le moment d’avoir la gratitude envers la Vie et de manifester toute votre reconnaissance pour tout le chemin parcouru jusqu’au moment présent, en attendant votre départ de cette matière et dimension, quand viendra votre temps. C’est le moment de chercher l’Éternel, pendant qu’il se trouve ; de l’invoquer tandis qu’il est près, si vous ne l’avez jamais fait ; de vous détourner de vos iniquités et votre méchanceté, afin de prendre le chemin nouveau de votre propre renaissance.

Par contre, si vous êtes déjà sur le chemin, c’est  le moment d’approfondir votre éveil de conscience sur le chemin  de votre exil terrestre.
Ainsi vous commencerez déjà ici bas à vivre l’éternité et serez heureux de rentrer enfin chez vous, à la Maison du Père, au moment opportun, pour expérimenter d’autres vies et d’autres dimensions.

Il faut se libérer de la peur de la mort en décidant d’accepter le fait que la mort est un état par lequel nous devons tous passer, une chose que nous ne pouvons éviter.

DECIDER DE NE PLUS AVOIR PEUR

La décision, couplée de la bonne volonté, est la clé qui nous permet de transcender toutes les peurs basiques qui nous minent. Il faut décider de se débarrasser de chacune de ces peurs :

1. Balayer la peur de la pauvreté en décidant de trouver des voies et moyens pour acquérir la richesse de manière honnête.
2. Étrangler la peur des critiques, en décidant de ne pas se soucier de ce que disent, pensent les autres de vous, ou de ce qu’ils font.
3. Abandonner la peur de la maladie en décidant d’en oublier les symptômes.
4. Maîtriser la peur de perdre l’amour d’un être aimé, en décidant de se passer d’être aimé, si cela est vraiment nécessaire.
5. Éradiquer la peur de vieillir en décidant de voir la vieillesse non comme un handicap, mais plutôt comme une bénédiction qui apporte avec elle la sagesse, la maîtrise de soi, la compréhension et l’expérience que la jeunesse n’a pas.
6. Se libérer de la peur de la mort en décidant d’accepter le fait que la mort est un état par lequel nous devons tous passer, une chose que nous ne pouvons éviter.

Inspiré et traduit de « Think and Grow Rich » de Napoleon Hil

About The Author

rymadayle

Je suis Myriame Hepthtsiba. J'ai une formation en sociolinguistique et en Anglais. J'ai une expérience de 25 ans dans l'enseignement de l'Anglais de spécialité, en particulier dans la formation des secrétaires bilingues. Le contact avec les autres, au cours de ma carrière professionnelle, m'a amené à m'intéresser à tout ce qui a trait aux sciences humaines pour comprendre les autres, afin de les aider au mieux de leurs capacités. Ma passion pour le développement personnel, ainsi que ma quête de spiritualité et le service dans des églises m'ont aussi permis de rassembler bien des outils. J’ai acquis de ce fait de l'expérience en matière de développement des compétences humaines et d'accompagnement de la personne, dans les moments clés de la vie. C'est cette expérience et ces trésors accumulés en moi que je viens ici partager avec vous.