TROIS TENDANCES PRIMITIVES:BESOIN-CRAINTE-DEFENSE

Le BESOIN, la CRAINTE et la DEFENSE sont trois tendances primitives qu’on ne peut dissocier en l’homme, car l’une entraîne automatiquement l’autre.

Ces trois tendances sont tapies au fond de chaque être vivant, et sont en fait des lois naturelles mises en place pour l’aider.  Elles sont nécessaires à la survie des espèces vivantes. Ce sont des réactions vitales primitives dont on elles ne peuvent se passer.

LA PEUR DE LA MORT

Notre corps physique est géré par la conscience de notre ego qui sait qu’il est appelé à disparaître.. Lorsque nous avons un besoin quelconque, le corps qui se sent en danger a peur de disparaître, et une crainte s’installe en lui. Cette crainte installée en lui est un moyen de défense qui lui permet de mettre tout en branle pour pourvoir au besoin désiré.

Au nombre des six peurs basiques, la peur de la mort est la cause première de toutes nos craintes. Et cette mort dont notre corps physique a peur peut se projeter aux niveaux de notre âme et de notre esprit. Pour éviter la peur de la mort à ces niveaux de notre être, il faut être prêt à satisfaire les besoins de notre ego, mais aussi ceux de notre âme et esprit.

Lorsqu’un besoin survient en nous, la crainte que ce besoin ne soit pas pourvu déclenche en nous des processus physiques et psychologiques qui sont des moyens de défense pour survivre. Aussi, toute crainte représente une réaction primitive de défense sans laquelle l’être vivant serait exterminé.
.

Ce que nous devons comprendre, c’est que ce sont nos besoins inutiles, factices qui font souvent notre malheur. Il faut les discerner et les éliminer un à un. Nous devons réconcilier la conscience de  notre corps avec celle de notre âme de sorte que nos craintes disparaissent, afin que le corps puissent être disposé favorablement, pour que l’âme que nous sommes puisse faire son cheminement terrestre.

Lorsque le corps physique a besoin de quelque chose qui ne lui est vraiment pas utile, encore moins utile à notre âme, essayons autant que possible de nous en passer. Il faut faire comprendre, par l’autosuggestion, à notre corps qu’il n’a rien à craindre s’il panique parce qu’un besoin qu’il croit vital ne sera pas pourvu.

Prenons par exemple le cas du jeûne physique. Lorsque nous commençons le jeûne, au bout du deuxième jour notre corps se met en branle, il panique de mourir et met en place tout un processus de restauration en puisant dans ses réserves. Ce qui crée en nous ce que la médecine appelle la crise d’acidose. Car les graisses stockées en nous commencent à se transformer en sucres pour nourrir le cerveau qui a besoin de sucre pour fonctionner.

Quand le corps commence à manquer de nourriture, d’abord la faim se fait sentir, puis des malaises de plus en plus intenses s’installent en nous, tout cela pour avertir l’homme du danger de mort qui le guette si ce besoin de manger n’est pas pourvu. La science soutient que le seuil de limite pour un corps privé de nourriture est de 40 jours pour une personne bien portante et d’au moins 70 kilos. Si au bout de cette période de quarante jours le corps continue à ne pas recevoir de la nourriture, alors le corps est vraiment en danger de mort.

Lorsque le corps manque d’eau, il panique aussi et nous donne  d’abord la sensation de soif intense. Puis il  commence à s’affaiblir pour nous alerter s’il lui manque de l’eau, parce que l’eau est vital pour sa survie. Cet affaiblissement est un signal pour nous mettre en alerte et dire « Oh ! tu dois boire de l’eau parce qu’il y a un danger qui se profile à l’horizon ! : la déshydratation et cela est nocif pour toi. tu vas mourir ! »

 

Voila pourquoi les tendances primitives du besoin, de crainte et de défense sont programmés en nous pour que nous fassions attention à nos besoins d’une part, et à la manière dont nous réagissons à ces besoins d’autre part.

Est-ce que ce dont vous avez besoin est vraiment nécessaire à notre survie physique ?

VOTRE BESOIN EST-IL NECESSAIRE ?

Les trois besoins vitaux de l’homme sont le manger, le boire, et la sexualité. Et ces besoins sont en rapport avec son corps physique. L’homme a donc besoin de manger sainement, de boire de l’eau pure et d’avoir une activité sexuelle bien cadrée, avec un partenaire et de préférence dans une alliance de mariage. En effet, la sexualité est à la fois physique, car elle permet aux espèces de se multiplier et de se perpétuer ; mais aussi spirituelle, car elle a des conséquences spirituelles sur notre âme et notre esprit. D’où l’injonction d’une sexualité non débridée, ni débauchée.

Ces trois besoins vitaux physiques ont leur correspondance dans le monde spirituelle, dans nos corps subtils. Notre âme a besoin d’amour, de la Parole de Dieu pour vivre : c’est là son eau et sa nourriture. Notre esprit à besoin de Lumière, à savoir la vérité et d’illumination pour comprendre son environnement et les choses qui dépassent son entendement. C’est là son eau et sa nourriture.

Il nous faut donc apprendre à équilibrer nos besoins vitaux au niveau du corps physique, de l’âme et de l’esprit. Car nous sommes un être triple en un. Manger, Boire et Avoir du Sexe sont les trois besoins primitifs dont nous avons vraiment besoin pour vivre. Lorsque ces besoins ne sont pas pourvus correctement, ou pas du tout pourvu, alors l’être humain est en sursis de mort dans son corps, son âme et son esprit.

Par exemple, intoxiquer le corps physique avec de la cigarette, de l’alcool ou des drogues de toutes sortes enfument nos organes physiques. Il se trouve que les ouvriers que l’Éternel Créateur à mis en place en nous pour faire le nettoyage et la restauration de ce corps, ne sont pas programmés pour débarrasser certains déchets que l’homme emmagasine dans son corps, son âme et son esprit. Ces déchets s’amoncellent donc, pourrissent en l’homme et lui créent toutes sortes de maux et de maladies intraitables par la science.

Heureusement que cette science commence à se remettre en question et à changer ses méthodes cartésiennes pour s’ouvrir un peu plus à ce qu’elle ne comprend pas, en coopérant avec ceux que le Créateur de toutes choses a pourvu. Ceux-ci comprennent ce que la science ne comprend pas, et aident alors les êtres humains à sortir de leurs ignorances, de leurs bêtises et de leurs folies meurtrières.

L’être humain doit donc  apprendre à discerner ses pensées  et ses sentiments, pour pouvoir poser des actions qui ne vont pas à l’encontre de sa vie et de celle des autres.

LA PENSEE GENERE L’ACTION

Nos actions se situent au dernier échelon de notre processus mental. Et la nourriture de la pensée ce sont les sentiments. Tout ce que nos émotions soutiennent se crée. La raison nous a été donnée pour appliquer les lois de la Vie de manière à être des êtres équilibrés qui fonctionnent correctement. Nos actions sont donc la matérialisation de ce que nous pensons et ressentons.

En observant les actions d’un être humain, on peut discerner ce qu’il capte de la Pensée Divine, car toute pensée a une seule source, la Conscience Cosmique, DIEU.

Que captez vous de la pensée divine qui vous pousse à poser des actions dans votre vie ?

Par exemple, vous avez envie (sentiment) de fumer une drogue ou de vous saouler d’alcool parce que vous voulez satisfaire un besoin, peu importe lequel. Vous êtes  conscients par ailleurs que cette drogue ou cet alcool est nocif pour vous sur les trois plans de votre être. Mais vous ne pouvez vous empêcher de satisfaire ce besoin morbide. La question que vous devrez vous  poser est de savoir si votre désir n’est pas corrompu ? Car l’Être Suprême ne peut pas vous communiquer une pensée qui détruirait votre être physique, émotionnel et spirituel. Alors d’où vient cette pensée morbide qui a généré ce sentiment de poser cette action qui va à l’encontre de votre propre vie ?

PRISE DE CONSCIENCE PERSONNELLE

Les questions que nous devons nous poser chaque jour de notre vie  sont: Ai-je apporté un peu plus de lumière à mon Corps entier aujourd’hui, ou l’ai -je plongé un peu plus dans les ténèbres  par mes actions ? 

Est-ce que mes actions quotidiennes anoblissent mon âme et la rende de plus en plus digne ? Ou est-ce qu’elles plongent chaque jour un peu plus mon être dans le gouffre de la mort physique et spirituelle ? 

Étant donné que nos actions sont guidées par nos sentiments, qui eux proviennent de nos pensées, voici ce que disent les Écritures dans le livre de Philippiens 4:8 :

«Au reste, frères,  que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées ».

Que ces huit critères de la pensée vous aident à vous ressaisir, lorsque vous aurez un besoin ou une envie quelconque de poser une action, pour éviter d’être en marge des lois de la Vie.

 

Inspiré de ma méditation sur l’Ange du jour dans : »Alchimie interne par les 72 Anges de la Kabbale », Kabaleb &Guerashel.

About The Author

rymadayle

Je suis Myriame Hepthtsiba. J'ai une formation en sociolinguistique et en Anglais. J'ai une expérience de 25 ans dans l'enseignement de l'Anglais de spécialité, en particulier dans la formation des secrétaires bilingues. Le contact avec les autres, au cours de ma carrière professionnelle, m'a amené à m'intéresser à tout ce qui a trait aux sciences humaines pour comprendre les autres, afin de les aider au mieux de leurs capacités. Ma passion pour le développement personnel, ainsi que ma quête de spiritualité et le service dans des églises m'ont aussi permis de rassembler bien des outils. J’ai acquis de ce fait de l'expérience en matière de développement des compétences humaines et d'accompagnement de la personne, dans les moments clés de la vie. C'est cette expérience et ces trésors accumulés en moi que je viens ici partager avec vous.